La Tunisie au MWC 2018 : Episode 6
D’aucuns considèrent que la Tunisie est fatalement exportatrice de produits miniers et agricoles et qu’elle est acculée à se soumettre à la bénédiction de ses terres et de son sous-sol. Les plus initiés sauront répondre : articles en textile, câbles électriques et plus récemment aéronautique. L’imaginaire a toujours tendance à ne saisir que le palpable, le tangible et le matériel. Mais souvent les plus grandes réussites échappent à la perception et à la mesure du réel telle la face cachée d’un iceberg. Autant le produit transformé ou non transformé, même poussé à l’extrême, atteint inéluctablement des limites d’exploitation et de production, autant l’économie immatérielle basée sur le savoir et la connaissance est un gisement intarissable de possibilités et de richesses inestimables.


La Tunisie au MWC 2018 : Episode 6

 

D’aucuns considèrent que la Tunisie est fatalement exportatrice de produits miniers et agricoles et qu’elle est acculée à se soumettre à la bénédiction de ses terres et de son sous-sol. Les plus initiés sauront répondre : articles en textile, câbles électriques et plus récemment aéronautique. L’imaginaire a toujours tendance à ne saisir que le palpable, le tangible et le matériel. Mais souvent les plus grandes réussites échappent à la perception et à la mesure du réel telle la face cachée d’un iceberg. Autant le produit transformé ou non transformé, même poussé à l’extrême, atteint inéluctablement des limites d’exploitation et de production, autant l’économie immatérielle basée sur le savoir et la connaissance est un gisement intarissable de possibilités et de richesses inestimables.

Dans ce dernier registre, la Tunisie a de quoi se faire valoir par la grâce d’une politique volontariste portée vers l’éducation et le développement des compétences. Un choix d’autant plus judicieux qu’il a fait monter la Tunisie au pinacle quelques décennies plus tard. En effet, le plus petit pays du Maghreb [en superficie !] vient d’être consacré par le Bloomberg Innovation Index dans son dernier classement de 2018 comme le pays le plus innovant en Afrique, en faisant une entrée fracassante dans le top 50 mondial.

Cette performance est certainement due aux prouesses des ingénieurs et développeurs dont le talent a dépassé les frontières de la Tunisie pour devenir une plateforme méditerranéenne dans les activités de l’offshoring et du nearshoring.

Toutefois, le potentiel de développement est encore énorme. Nos PME et Start-ups sont confrontées au quotidien à un marché globalisé, farouchement concurrentiel, où les batailles pour les parts de marchés se gagnent sur des petits détails. Toujours est-il, la notoriété ne se construit que moyennant de grands efforts en marketing et communication et en se frottant aux meilleurs à l’occasion des grands rendez-vous internationaux. Ce faisant, nos entreprises d’engineering éprouvent un grand besoin en accompagnement, à tous les niveaux de la chaine, à savoir l’exposition dans les salons d’envergure planétaire, les mises en relations d’affaires, les campagnes de communication et le networking.

Des activités qui rentrent bien dans les attributions du Cepex, organe d’Etat, mandaté à juste titre pour appuyer l’effort des entreprises tunisiennes dans leur quête des marchés étrangers. Une inclination évidente vers les filières à plus forte plus-value caractérise l’action du Cepex dans son ensemble. Les activités TIC tiennent le haut du pavé à la faveur d’un écosystème incitateur à l’entreprenariat et à la libre initiative, à une législation pro-digitalisation, à une batterie de programmes et d’institutions dévoués à la diffusion de la culture TIC. Parfois les niches peuvent présenter des opportunités plus qu’on ne peut l’imaginer. L’on se demande s’il sied toujours de qualifier l’industrie de la téléphonie mobile de niche ! Elle a tellement grandi qu’on lui a consacré un salon aux dimensions planétaires, le Mobile World Congress ou aussi connu sous l’acronyme MWC que la ville de Barcelone accueille en chaque début d’année.

Les chiffres frôlent la démesure pour cet événement qui fut au début présenté comme un congrès et qui s’est par la suite mué en salon vu que cette industrie a pris des proportions inimaginables depuis l’avènement des smartphones à la fin de la première décade de ce siècle.

Les PME et Start-ups tunisiennes se sont inscrites à bras-le-corps dans cette voie technologique et sont devenues, presque simultanément à la naissance de cette industrie, des fournisseurs fiables pour le compte d’opérateurs téléphoniques, de plateformes bancaires et financières et autres utilisateurs d’applications mobiles à l’échelle mondiale. Pas moins de 108 mille visiteurs venant de 204 pays sont attendus au terme de la présente édition  du MWC.  Un pool cosmopolite de 2.300 entreprises-exposantes appartenant à l'écosystème mobile et aux secteurs connexes se sont livrées à un marathon de quatre jours pour présenter leurs dernières inventions et séduire des clients-visiteurs venus aussi nombreux pour s’enquérir des nouvelles tendances de la mobilité.

La Tunisie, a, pour la sixième année consécutive [depuis 2013], rejoint ce concert des nations, le plus grand en la matière à l’échelle mondiale, avec une participation qui monte crescendo non seulement dans l’accroissement d’une année à l’autre du nombre des exposants mais aussi en termes de visibilité et d’actions de communication et de networking au sein du pavillon Tunisie, érigé et administré par le Cepex.

Dix entreprises aux activités variées (Mobile Service Cloud, Mobile Network Monitoring, Swarming Drones Communication Modems, développement des logiciels Web Mobile, solutions M-Business, développement d’applications d’ingénierie des services financiers, paiement mobile, Cloud Computing), occupent les travées du pavillon national qui s’étend sur 74m² admirablement optimisés pour concilier espace d’exposition et espace commun pour l’accueil et les besoins des séances de networking qui se sont enchainées à un rythme effréné durant les quatre jours d’exposition.

Placée sous le signe du partenariat mutuel, la participation tunisienne au cours de cette édition a suscité un élan national de conjonction des efforts sans précédent. Bien qu’il soit la clé de voute dans l’organisation, de fond en comble, de cette participation, le Cepex s’est allié avec ses partenaires institutionnels et privés pour stimuler les synergies qui seront à même de créer le cercle vertueux pour une présence reluisante dans la plus grande messe de l’industrie de la téléphonie mobile à l’échelle mondiale. Pour ce faire, le Pôle el-Gazala des Technologies de la Communication et le Pôle de Compétitivité de Sousse se sont attelés, depuis des mois, à mobiliser 13 Start-ups tunisiennes pour faire le déplacement à Barcelone pour non seulement présenter leurs dernières solutions mobile aux leads et prospects croisés aux abords du pavillon Tunisie, mais aussi pour vivre une expérience commerciale et technologique unique qui enrichira leur connaissance et ouvrira leur esprit sur le sens et le mode du business international.

Le MWC 2018 a été l’occasion pour mettre en application la nouvelle vision qui prône l’intégration graduelle des activités du fonds « Tasdir+ » dans les actions du Cepex. En effet, les deux structures œuvrent dans un même et unique but, à savoir l’accompagnement des PME/PMI tunisiennes dans leur effort d’internationalisation et le renforcement de leur aptitude managériale, commerciale et technique à l’export. Cette convergence des objectifs a été concrétisée à l’occasion de cette expérience pilote par des actions de complémentarité et de partage mutuel d’expériences. Ce faisant, « Tasdir+ » a mis à contribution son réseau local et international pour donner plus d’éclat et de dynamique aussi bien dans l’inscription de ses adhérents bénéficiant de ses services au sein de l’infrastructure logistique et d’exposition diligentée par le Cepex que l’invitation sur le pavillon national de donneurs d’ordre, personnalités VIP et professionnels d’envergure internationale lors de deux séances de networking et de mises en relation les 27 et 28 février.

La rencontre du 27 février a été marquée par une grande affluence de personnalités, donneurs d’ordre et bailleurs de fonds étrangers venus réseauter en mode B2I avec les chefs et délégués des PME tunisiennes présentes sur le stand, exposantes ou visiteuses soient-elles.

 Cette séance de networking a créé une effervescence aux abords du pavillon et généré du flux-visiteurs dont la plupart furent préalablement invités. Des partenaires européens et africains n'ont pas manqué ce rendez-vous comme pour renouveler leur marque de confiance en notre pays et reconnaître le talent de nos PME-TIC qui s'exporte désormais selon une cadence croissante. Il faut également souligner la présence de haut niveau de personnalités de la région MENA qui se manifeste en la personne des ministres des TIC de la Palestine et de l'Egypte ainsi que du secrétaire général de l'AITCO (association arabe des TIC). Côté africain, le président du patronat ivoirien a marqué l'événement de sa présence tout comme le président de l'instance de coopération internationale de Russie. Pour compléter ce tableau cosmopolite, le nouveau monde fut représenté par le Canada à travers le président de la région Est de l'investissement canadienne et le président de l'instance de l'export du Quebec. 

 

Une deuxième manche s'est déroulée dans l'après-midi du 28 février et consacrée aux rencontres BtoB en vue de sceller des partenariats, promouvoir le savoir-faire et l’expertise de nos compétences pour un meilleur rayonnement de l’offre tunisienne en tant que « African Start Up ».

Justement, le partenariat avec l’Afrique a été au cœur de ces rencontres. En effet, le MWC draine toujours plusieurs délégations subsahariennes, le plus souvent hautement représentées (ministres, chefs de grands groupes, diplomates…) dont les besoins de développement en infrastructures et solutions TIC ne cesse de prendre de l’ampleur au fil des années. En l’espèce, l’axe de la coopération sud-sud a focalisé l’attention, et nos partenaires d’Afrique et de la région MENA ont longuement abordé les aspects stratégiques de collaboration autour de projets structurants dans le domaine des nouvelles technologies.

Parmi les personnalités africaines présentes lors de cette troisième journée, nous citons Mme. Tahani Abdallah Atiya, Ministre des Technologies de la Communication et de l'Information soudanaise qui a manifesté un vif intérêt aux services et solutions offerts par les exposants tunisiens ainsi que le Directeur Europe Africa and Middle East du Ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation du Québec.

Cette journée a apporté aussi son lot d'opérations concrètes dont la plus prégnante fut la signature d'un joint-venture entre Omniacom et la compagnie ivoirienne Enova. Une approche très astucieuse pour s'incruster davantage dans le marché africain et qui fera certainement des émules.

Il est sans rappeler la présence au MWC 2018 d'un autre pavillon tunisien, au hall 7, au nom du consortium Get'It qui abrite sept entreprises. Un bel exemple d'une initiative privée qui démontre qu'il est possible de se distinguer sans forcément recourir à l'assistance de l'État à condition de s'employer en rang uni.

Etant membre du réseau Europe Entreprise Network « EEN » depuis 2015 qui regroupe plus de 4000 experts au sein de 600 organisations partenaires dans plus de 50 pays, le Cepex s’est déployé d’arrache-pied pour donner plus de visibilité sur l’offre des PME tunisiennes présentes sur le salon pour d’une part, les encourager à s’y inscrire et augmenter par conséquent leur portefeuille « leads » et « prospects » et d’autre part, pour drainer du flux-visiteurs vers le pavillon Tunisie et susciter l’intérêt des donneurs d’ordre et clients à l’égard des PME tunisiennes, exposantes ou participantes soient-elles.

Toujours dans un souci de maximisation des chances des entreprises tunisiennes dans la perspective d’étoffer leurs carnets d’adresses, le Cepex s’est présenté comme co-organisateur du plus grand événement de rencontres BtoB entreprises par le réseau EEN au MWC. 

Organisé par l’Agence Catalane pour la Compétitivité des Entreprises « ACCIO », cet événement sera l’occasion idoine aux exposants tunisiens pour marquer leur présence parmi le gotha mondial des acteurs de la téléphonie mobile et révéler tout leur potentiel particulièrement en termes de rapport qualité/prix.

La diplomatie économique fut appliquée à l'occasion de cette participation d'une manière effective et efficace au service de l'entreprise et de ses prétentions. En effet, un travail de collaboration fut initié quelques semaines avant le début du MWC entre le Cepex et l'Ambassade du Canada à Tunis et qui consistait à identifier les intérêts communs des PME exposantes au MWC des deux pays et de créer un planning de rendez-vous d'affaires prémédités sur plusieurs séances quotidiennes aussi bien au sein du pavillon Tunisie que celui du Canada. Force est de souligner que tous les exposants tunisiens mais aussi des PME visiteuses ont bénéficié chacun de rendez-vous de mises en relation avec leurs homologues du Canada. Un cas on ne peut plus concret de la mise à contribution de la diplomatie économique au profit de la génération d'opportunités d'affaires à reproduire au cours des prochaines échéances. 

L’édition 2018 du salon MWC a choisi comme slogan « Creating a Better Future ». C’est exactement à quoi on s’attend en Tunisie pour une filière naissante qui prouve d’une année à une autre tout le bien que l’on peut penser d’elle…

Nos partenaires export

Nos sponsors  

Logo cotunaceLogo bctLogo ccitLogo douaneLogo UTAPLogo CETLogo UTICALogo gippLogo ctn
Faire défiler les articles vers la gauche Faire défiler les articles vers la droite
Import Promotion Desk Tunisair Handling MEDIANET Tunisie Telecom Icode Security